Journée mondiale des droits de l’homme: l’Algérie continue à honorer ses engagements internationaux (Ksentini)

décembre 10th, 2015

7129c7c1af25f0f4bf1994da129538ef_XL
Mercredi, 09 Décembre 2015 15:07
ALGER – Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CNCPPDH), Farouk Ksentini, a affirmé mercredi à Alger que l’Algérie continuait à honorer ses engagements au titre des chartes internationales qu’elle a adoptées en matière des droits de l’homme.
“L’Algérie a accordé une grande importance à la consécration des droits de ses citoyens”, a affirmé M. Ksentini dans son allocution d’ouverture de la conférence-débat sur “Le droit à la justice”, lue en son nom par le Secrétaire général de l’instance consultative de la CNCPPDH, Abdelwaheb Marjana, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des droits de l’homme.
Il a ajouté que l’Algérie “a franchi des étapes importantes dans ce domaine, en dépit des défis importants à prendre en considération”.
“Les politiques générales ont été mises au point, de manière à préserver les droits des citoyens”, a-t-il soutenu précisant que les autorités publiques “ont œuvré à adapter la législation nationale avec les exigences des citoyens et les éventuels mutations et développements opérés en général dans la société”.
A l’occasion de la célébration de cette journée “nous devons opérer une halte pour évaluer la consécration de tous les droits de l’homme, en tentant de cerner les obstacles existants”, a souligné M. Ksentini.
Dans cette optique, M. Ksentini a attiré l’attention sur “les nouveaux défis susceptibles d’influer, selon lui, sur l’application des droits de l’homme, à travers le monde, comme la recrudescence des activités des groupes terroristes, la hausse des conflits armés et les impacts négatifs des crises économiques mondiales successives”.
Le responsable a fait part de sa préoccupation quant à l’accès de certains peuples à leur droit à l’autodétermination, à l’instar des peuples palestinien et sahraoui, indiquant par la même occasion que l’Algérie avait adopté la plupart des chartes internationales et régionales sur les droits de l’homme.
M. Ksentini a rappelé, à cette occasion, que le Conseil de la nation oeuvrait actuellement à l’examen des récents amendements introduits au code de procédure pénale pour “assurer plus d’efficacité en matière de lutte contre la violence contre la femme”.
L’idée d’organiser une conférence-débat sur “Le droit à la justice” a été motivée eu égard à l’importance majeure que revêt cette question, a indiqué le même responsable, saluant “les efforts consentis par l’Etat algérien pour l’instauration de l’Etat de droit et le renforcement des droits de l’Homme, dans les volets théorique et pratique, notamment à travers la réforme de la justice et son rapprochement du citoyen”.
La conférence a vu la participation du conseiller à la présidence de la République, Mohamed Ali Boughazi, de représentants de départements ministériels, d’institutions étatiques, de la société civile, outre des académiciens, des experts internationaux en matière des droits de Homme et des représentants de la mission de l’Union européenne (UE) en Algérie.